Deepak Chopra démissionne

OBJET : Le PDG de la Société canadienne des postes, Deepak Chopra, annonce qu’il quittera ses fonctions en mars 2018

Les membres de l’Exécutif national du SEPC ont appris le 14 août 2017 que monsieur Chopra a décidé de quitter ses fonctions (à compter de mars 2018). La décision de monsieur Chopra semble avoir été communiquée en premier lieu aux médias, avant que celle-ci soit partagée avec les employées et employés et les collègues. Malheureusement, ce n’est pas nouveau pour la Société canadienne des postes, un autre exemple typique de cette entreprise qui, apparemment, est fière de ses « comportements de leadership ».

L’Exécutif national du SEPC a fait valoir haut et fort ses préoccupations lorsque l’on abordait la question de la transparence de la Société canadienne des postes, de ses prétentions en matière de consultation et de l’orientation générale de l’entreprise. Notre position était claire dans le cadre de l’examen de la Société canadienne des postes à savoir la suivante : Nous croyons que les objectifs sociaux et de politique publique de la Société canadienne des postes devraient définir le cadre financier dont elle a besoin pour ses opérations. Essentiellement, nous croyons fermement que la population et les services devraient avoir préséance sur les profits, les dividendes, et les primes généreuses accordées aux hauts cadres.

Lorsque le gouvernement libéral nouvellement élu a demandé à Deepak Chopra, DPG de la Société canadienne des postes, de remettre sa démission en 2015, Siân Matthews, présidente du Conseil d’administration de la Société canadienne des postes, a déclaré que « des leaders responsables comme Monsieur Chopra, dévoué à l’égard des services publics au sein de ce grand pays, devrait être célébré, et non couvert de honte ».

Nous n’avons rien contre un engagement à l’égard des services publics; en fait, nous le saluons et nous l’embrassons. Nous ne nous sommes jamais opposés à la transformation à savoir de passer d’un modèle axé sur le courrier à une entreprise axée sur les colis. Mais nous continuons de nous opposer énergiquement aux coupures d’emplois, à la diminution des avantages sociaux et à la réduction des salaires. Nous défendons les importants services que nous, en tant qu’employées et employés, fournissons à la clientèle interne et externe. Plus précisément, nous croyons dans l’amélioration des services à l’égard de nos communautés autochtones, au rétablissement du programme Aliments-poste, au rétablissement de la livraison du courrier à domicile, et nous défendons ardemment la prestation des services, qui à leur tour, permettent d’offrir des emplois bien rémunérés au Canada, qui à leur tour, soutiennent l’économie canadienne.

Sur le plan commercial, nous croyons que d’autres secteurs d’activité devraient faire l’objet d’un examen. Eh oui, ça inclut les services bancaires postaux. Il doit y avoir une meilleure utilisation de notre infrastructure à savoir de fournir d’autres services à la communauté, plus particulièrement dans les régions rurales.

Monsieur Chopra est certainement une personne déterminée, mais pas envers les services publics. Il a fait preuve d’engagement en ce qui a trait aux profits et il a fait la promotion de l’idéologie néolibérale (ou à but lucratif du secteur privé). Les services et les conditions en milieu de travail diminuent lorsque les profits deviennent le but ultime. Le mandat de la Société canadienne des postes est autosuffisant, ce qui est bien différent de faire des profits aux dépens de ses employées et employés.

Notre PDG actuel quitte finalement, mais il représente seulement un poste dans le cadre d’une structure de gouvernance qui a besoin d’un examen complet et immédiat. Si l’objectif est de changer la culture de la Société canadienne des postes; alors, la structure de gouvernance nécessite un examen (y compris le Conseil d’administration), et les dirigeants doivent cesser d’embaucher des copies conformes d’eux-mêmes dans les postes supérieurs.

Nous souhaitons la meilleure des chances à monsieur Chopra dans ses projets futurs après son départ de la Société canadienne des postes. Nous espérons que le nouveau PDG de la Société canadienne des postes saura renouveler l’engagement de l’entreprise dans le cadre des services publics et de ses objectifs de politique, à savoir privilégier la population plutôt que favoriser les entreprises privées.

En solidarité pour toujours,

 

 

L'Exécutif national du SEPC

Lettre de l'exécutif du SEPC

 

Français